Sélectionner une page

Bienvenue chez Formbox

 

 

 

 

 

Formbox est une maison d’édition militante dans le champ social qui donne la parole aux personnes directement concernées par l’exclusion, la violence, le handicap… Pour faire entendre la voix de ceux qui sont les plus fragiles, les plus invisibles, les plus seuls. Nous confrontons à leur témoignage la théorie et l’expérience de terrain de celles et ceux qui les accompagnent au quotidien, afin de suggérer de nouvelles pistes de réflexion et d’action. Et parfois, juste, de changer de regard sur ces personnes. De les comprendre sans les juger. Pour mieux leur tendre la main.

Formbox n’est pas un projet raisonnable, mais nous y croyons et nous le défendons.

Les sujets ne sont pas faciles et pas toujours « grand public »… Ce n’est pas le genre de projet que l’on lance quand on veut faire fortune, s’acheter des voitures de sport, des yachts ou des châteaux. Ça tombe bien, ce n’est pas notre cas.

Aussi, si vous voulez nous soutenir et nous permettre de financer d’autres livres pour des gens qui ont besoin qu’on braque les projecteurs sur eux, qui ont besoin d’aide, merci d’acheter nos livres ici, sur ce site, sans intermédiaire.

Merci pour votre soutien et votre confiance.

Delphine et Jean-François, pour Formbox éditions

Julie Bodelot

J’aimais le Diable est un témoignage glaçant et poignant. Glaçant parce que l’on suit la descente aux enfers d’une femme qui ne reconnaît plus l’homme qu’elle aime, qui s’oublie dans cette relation toxique… Poignant, parce qu’elle lui pardonne tout par amour, en espérant qu’il redeviendra celui qu’elle a connu. 

Hier victime, Julie Bodelot est aujourd’hui formatrice indépendante sur les questions des violences conjugales et de l’enfant face aux violences conjugales. Parce que « J’aimais le diable » est aussi une formidable histoire de résilience.

 

C'est pas ça l'amour d'Agathe Breton

 

 

 

Agathe Breton raconte son expérience de violence amoureuse lorsqu’elle avait 16 ans : violence psychologique, isolement, emprise, surveillance, jusqu’à l’irrémédiable…

Dans ce récit, elle donne également la parole à son entourage qui, à l’époque, n’avait rien vu, rien compris.

Un cahier à la fin du livre reprend les incontournables de la théorie, des fiches pratiques, ainsi que le résultat de ses interventions de prévention en établissements scolaires au Québec, en Belgique et en France ; lors de celles-ci, elle s’emploie à libérer la parole des élèves, mais aussi des professeurs et du personnel encadrant, afin de refléter plus fidèlement les réalités connexes du terrain. La préface est signée par Sophie Cadalen, psychanalyste et écrivaine. Enfin, un cahier supplémentaire regroupe les illustrations d’adolescents, encadrés par deux étudiants des Beaux-Arts lors d’ateliers des dernières vacances de février, donnant à ce livre une dimension ludique, pédagogique et transgénérationnelle, plus accessible aux jeunes.

 

 

 

 

 

Retrouvez Formbox sur internet

 

 

 

 

Retrouvez-nous sur notre chaîne Youtube pour regarder des vidéos d’interventions, d’interviews de nos auteures et des professionnelles qui nous apportent leur caution !

Abonnez-vous à nos pages facebook :

Julie Bodelot

Agathe Breton

Formbox

Jean Delquignies (éditeur Formbox)

Et n’oubliez pas de nous soutenir en commandant vos livres « ici ». Merci !!!

 

Un mot sur nos livres

 

 

Un témoignage vécu assorti d’un cahier qui vient décrypter des situations, des mots, des gestes, des états d’esprit… C’est la démarche de Formbox qui part du récit de vie pour élargir la réflexion en la confrontant aux théories et aux pratiques de terrain. Cette approche peut aussi bien intéresser l’entourage des personnes concernées que les professionnels qui les prennent en charge au quotidien. C’est ce que nous avons voulu résumer par la formule : un soutien pour les proches, un outil pour les pros.

Aujourd’hui, nous nous attaquons aux violences faites aux femmes à travers l’emprise amoureuse, demain nous nous pencherons sur les handicaps, ou sur le décrochage scolaire… Et après demain ?

Proposez-nous vos envies de livres, des beaux projets, des sujets passionnants !

(image : lifeofpix)

 

Nos dernières actualités

« J’aimais le diable » est la réédition de « J’aime le diable » sorti en 2009 par Julie, qui portait alors encore son nom de jeune fille : Bissiau. Ce changement de nom illustre bien le temps qui a passé et lui a permis de parachever la résilience qu’elle avait commencé en 2005 à Barcelone. Et c’est la première victoire que Julie – désormais mariée et portant le nom de son époux –  Bodelot a souhaité partager avec ses lectrices et lecteurs ; de la victime qui subit, elle est passée à la formatrice qui transmet. Et son riche parcours, résumé dans le livre, se nourrit de l’équilibre entre l’aide aux victimes, la collaboration avec les professionnels de terrain et l’étude des mécanismes de l’emprise qui se joue dans les violences conjugales. Mais au-delà de son témoignage, elle souhaitait faire sentir aux intervenants dans le domaine des violences conjugales toute la complexité de la psychologie d’une victime et la difficulté à construire un accompagnement aussi respectueux qu’efficace.

Violences conjugales :

des professionnel.les.s sufisamment formé.e.s ?

Une prise en charge difficile

L’accompagnement de victimes de violences conjugales demande d’adhérer à un certain nombre de postulats de base : le recours aux professionnels ne sera pas nécessairement le déclencheur d’une prise en charge, ou d’un accompagnement social ou psychologique immédiat,...

lire plus

Un accompagnement à construire pas à pas

Si les acteurs de terrain ne sont pas suffisamment formés, la victime ne sera pas capable de conscientiser la situation dans laquelle elle a été enfermée, même en dehors de la présence de son agresseur, parce qu’il a su l’en rendre dépendante. Peur, perte de l’estime...

lire plus

L’accompagnement dans « J’aimais le diable »

Je finis par me présenter à un Service d’Urgence d’Aide aux Victimes : le S.A.V.U. “Aide aux victimes, bonjour”, phrase de bienvenue… mais attendez, je n’étais pas victime ?!? Et que me voulait cette femme, Charlotte, qui me parlait de violence conjugale ? Non, cela n’était pas pour moi. C’était un accident. Il m’aimait et il m’avait dit qu’il ne recommencerait plus jamais. Je savais bien que c’était déjà arrivé mais… Non… Qu’est-ce que je foutais là ? J’étouffais et je voulais “mon Homme”.
Julie Bodelot « J’aimais le diable » Formbox éditions

lire plus

En quoi « J’aimais le diable » propose des pistes pour les professionnels.les ?

A propos de Formbox

« J’aimais le diable » de Julie Bodelot est le premier ouvrage édité par la toute jeune maison d’édition Formbox. Spécialisée dans le champ du travail social, Formbox s’est donnée pour ambition d’être à l’interface des besoins du formateur et des attentes des publics qui sont en apprentissage – étudiants stagiaires ou personnes en poste – sans oublier les usagers dont les travailleurs sociaux ont la charge au quotidien.

Créée par une éducatrice devenue formatrice puis, cadre pédagogique dans le domaine du social et d’un « vétéran » de la communication et de l’édition, Formbox domiciliée à Tournai, a un pied en France et l’autre en Belgique, ce qui lui donne également l’occasion de questionner les pratiques des deux pays. En ouvrant le débat au plus grand nombre possible de points de vue, Formbox souhaite proposer une boîte à outils dans laquelle puiser des outils concrets de terrain, qui n’oublient jamais d’apporter du sens.

Formbox, la boîte à outils de la formation

Parce que chaque formateur s’approprie différemment sa séquence d’intervention, parce que chaque apprenant a besoin de construire sa propre pratique et parce que les publics pris en charge évoluent dans leurs attentes et leurs motivations, le domaine de la formation est appelé à se remettre sans cesse en question. Afin de fournir une vision la plus complète possible d’un sujet, Formbox se fait l’écho de tous les professionnels impliqués, autant qu’elle donne la parole aux personnes concernées, pour livrer un discours chorale, qui – seul à notre sens – peut restituer la richesse d’une approche systémique, indispensable dans la plupart des prises en charge.