Sélectionner une page

« C'est pas ça l'amour »

 

Il aura fallu 6 mois d’immersion au Québec, en côtoyant tous les jours des femmes victimes de violences conjugales pour qu’Agathe Breton, alors étudiante pour devenir Assistante du service social en France, réalise ce qu’elle avait vécu lorsqu’elle avait seize ans, avec son premier petit ami, Léo.

Aujourd’hui, Agathe repart enquêter sur cette période douloureuse. Pour l’exorciser autant que pour la comprendre, mais également et surtout, pour faire comprendre à d’autres adolescents ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas dans une relation.

Elle a eu l’idée d’interroger son entourage, ses parents, ses amis, sa famille et ajoute à son récit les témoignages de celles et ceux, qui n’avaient pas vu, pas compris et qui expriment aujourd’hui ce qu’ils auraient voulu faire ou dire.

Deux autres cahiers viennent compléter cette confession, en lui donnant une dimension pédagogique toujours accessible, pratique et même ludique : dans le premier, Agathe Breton a interviewé des professionnels au Québec, en France et en Belgique afin de confronter les approches et les théories.

Dans le second cahier, une dizaine d’adolescents de la Maison de jeunes Masure 14 à Tournai, Belgique ont été accompagnés par des étudiants des Beaux-Arts (de Tournai également) lors d’un atelier de vacances. Ils ont travaillé sur l’expression de la violence amoureuse (voir plus bas).

Enfin, la psychanalyste et écrivaine Sophie Cadalen nous a fait l’honneur de préfacer le livre et de répondre à une longue interview.

 

 

 

 

Une nouvelle édition qui associe un témoignage vécu + un cahier pédagogique accessible à toutes et tous.

 

Dans cette histoire vraie, vous retrouverez toutes les étapes de la violence amoureuse à l’adolescence :

L’accrochage sentimental,

la mise en place de l’emprise

l’isolement progressif

la surveillance, notamment via le portable et les réseaux sociaux

Les premières violences psychologiques

La sidération et le déni

Le chantage affectif

Les premières violences physiques

L’importance de l’entourage

Dans le cahier pédagogique, des renvois de pages vers le récit illustrent concrètement la théorie :

Violences amoureuses : de quoi parle-t-on ?

Comment se manifeste la violence dans les couples adolescents ?

Comment distinguer la violence amoureuse du conflit ?

Peut-on subir une agression sexuelle de la part de quelqu’un qu’on aime ?

Le cycle de la violence conjugale

Pourquoi est-ce si difficile de partir ?

Filles et garçons peuvent être victimes

Filles et garçons peuvent être auteurs de violences amoureuses

La jalousie, une normalité ou une norme dans le couple adolescent ?

Comment expliquer cette violence ?

L’adolescence, période de vulnérabilité

Envisager la fin d’une relation violente

Quelles conséquences pour la victime

Les personnes ressources de l’adolescent : les parents, le rôle des amis, le rôle des professionnels

Quelques pistes de travail

Bibliographie

 

 

Sylvie et Karine, "La Bouée" Lac Mégantic, Québec

Sylvie et Karine, "La Bouée" Lac Mégantic, Québec

Je suis Sylvie Morin, directrice La Bouée, maison d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale à Lac-Mégantic au Québec. La Bouée compte une maison de 1ere étape et 2 maisons de 2e étape qui compte 8 logements permettant d’accueillir les femmes et les enfants sur une plus longue période. Cela permet de consolider les services reçus de 1ère étape. C’est à l’automne 2015 qu’Agathe est venue faire un stage chez nous. Pourquoi Lac Mégantic? … Il semble bien que tout s’était aligné pour qu’Agathe soit des nôtres.

On parle souvent de la violence conjugale en parlant du cycle ou des types de violence mais dans les faits, savons-nous vraiment la détecter? Il m’est arrivé tellement souvent de constater combien c’est difficile de bien saisir la violence conjugale. En maison d’hébergement, le contact régulier avec les victimes nous plonge au cœur même de la violence conjugale. Ces apprentissages sont riches et vous transforment à jamais. C’est ce qui est arrivé à Agathe. Au départ, plusieurs lectures et échanges avec les autres travailleuses l’attendaient. Ce temps d’introspection l’a amené dans son propre vécu. Vécu d’enfant intimidé et vécu d’adolescente empreinte de violence amoureuse. Cette découverte a fait ressurgir en elle des années de souffrance avec la violence. Mais surtout, lui a permis de mettre des mots sur ces maux. Agathe est une battante et sa venue à Lac Mégantic l’a transformée. Jeune femme douée, intelligente et engagée, elle a transformé ses expériences en victoire. Production de vidéo sur différents thèmes pour contrer la violence, sensibilisation dans les écoles de notre région, conférences… Elle a laissé sa trace chez nous.

Au-delà des frontières, les impacts de la violence conjugale sont les mêmes. L’échange avec Agathe sur nos pratiques et celles de la France a été enrichissant à tous les niveaux. Nous sommes maintenant liées à jamais et vous avez une ambassadrice de choix en cette jeune femme dévouée pour la cause des femmes.

Karine Gosselin, « La Bouée » :

Et voilà le début d’une heureuse rencontre avec une jeune femme passionnée et extrêmement talentueuse.

Va savoir pourquoi cette jeune française de Saint-Amand-Les-Eaux a choisi comme lieu de stage une maison d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale ; La Bouée Régionale, et ce, à Lac-Mégantic, dans une petite ville de 6000 habitants à 5326 km de chez elle, loin de tout et sans transport en commun. Et quand je dis loin de tout, croyez-moi ! Elle atterrit ici sans connaître personne, sans repères, ayant comme seul objectif, l’apprentissage de la problématique de la violence conjugale.

J’ai souvenir encore d’Agathe à son arrivée parmi nous, jeune fille sérieuse, intéressée et surtout ayant le désir profond de s’impliquer rapidement. Par contre, la réalité est qu’un nombre important de lectures l’attendait d’abord ; charte féministe, les différentes formes de violence, le cycle, les conséquences de ces violences sur les femmes et les enfants, les divers mécanismes de protection, etc.

Suite à ces lectures, j’ai senti qu’un grand changement commençait à s’opérer chez Agathe. S’en sont suivis progressivement de nombreux questionnements ; comment la violence peut se manifester dans les relations amoureuses entre adolescents, comment en tant que jeune fille peut-on reconnaître certains signes de ces comportements de contrôle et de domination, etc.

Agathe a vite compris que tout ce qu’elle apprenait sur la problématique de la violence entre adolescents, elle s’y reconnaissait. Elle m’a alors confié sa première expérience amoureuse qui s’avérait en être une de violence. C’est à ce moment, que j’ai compris qu’Agathe n’était pas venue par hasard dans ce lieu de stage ! En vitesse grand V, elle a cheminé.

Ayant à cœur de sensibiliser le plus grand nombre d’adolescents et d’adolescentes à cette problématique, nous avons débuté une série de démarches ; création d’une vidéo où Agathe dévoile son histoire de violence amoureuse, animations d’ateliers auprès de divers groupes de jeunes dans les écoles, sans oublier tous les outils et les interventions faites en maison d’hébergement auprès des femmes et des enfants.

Cette collaboration entre Agathe et l’équipe de La Bouée ne faisait que commencer ! Depuis l’automne 2015, nous n’avons cessé de travailler ensemble à divers projets ; Visite dans son centre de formation à Valenciennes en 2016 pour parler des pratiques québécoises, invitation d’Agathe à notre colloque « Victime un jour, est-ce pour toujours ? » pour qu’elle puisse livrer son témoignage et enfin son embauche à l’automne 2018 pour une période de trois mois. Il faut dire qu’Agathe, en plus d’être passionnée par son métier, est vraiment douée en montage vidéo : elle a réalisé pour nous une série de vidéos de sensibilisation.

Même à des milliers de kms, nous savions d’une part et d’autre que cette union allait perdurer dans le temps. Merci Agathe de faire partie de notre équipe et d’être toujours aussi disponible et impliquée.

Sophie Cadalen

Sophie Cadalen

Psychanalyste, écrivaine, a préfacé "C'est pas ça l'amour"

Préface de Sophie Cadalen, psychanalyste et écrivaine

Auteure de Inventer son couple (chez Eyrolles), Les Femmes de pouvoir, des hommes comme les autres ? (au Seuil), Tout pour plaire… et toujours célibataire (chez Albin Michel).
Je connais Agathe depuis longtemps, mais c’est la psychanalyste qu’elle
a sollicité pour préfacer son ouvrage. J’ai bien sûr accepté, touchée par
le courage de cette jeune femme que j’ai vue grandir, troublée par l’enfer
qu’elle raconte sans fard et sans pathos. Un enfer que parfois j’entends
dans mon cabinet, et que je n’aurais pas imaginé être le sien. Car
Agathe le raconte précisément : les acteurs de cette « violence
amoureuse », telle qu’elle la nomme, tissent ensemble une toile de
secret et de non-dits dans laquelle la victime se trouvera piégée. En
témoignant et s’exposant Agathe déchire cette toile et reprend
possession de sa vie, avec l’ambition généreuse d’alerter ces
adolescents qui, comme elle, confondent attention et aliénation.

Achetez "C'est pas ça l'amour" sur le site formbox

Cliquez ici pour passer votre commande