Sélectionner une page

« J’aimais le diable »

 

Julie Bodelot raconte sa descente aux enfers, depuis « l’accrochage » amoureux jusqu’à la violence conjugale, puis à la libération. Dans cette nouvelle édition, elle a souhaité aller plus loin pour témoigner également de la possibilité de résilience.

C’est un message d’espoir pour toutes les victimes de violences conjugales qui sont sous l’emprise de leur agresseur.

Pour la première fois, « J’aimais le diable » propose une correspondance entre certains passages clés du livre et des explications du cahier pédagogique pour mieux comprendre ce qui se joue dans cette relation. Et mieux aider la victime : mieux l’écouter, mieux la comprendre, mieux la guider…

« J’aimais le diable » est aussi un allié précieux pour les proches des victimes qui souhaitent trouver un moyen de soutenir cette personne en détresse qui leur est chère ; au moins auront-ils avec cette édition spéciale le début d’une explication.

 

 

Une nouvelle édition qui associe un témoignage vécu + un cahier pédagogique accessible à toutes et tous.

Préface de Frédérique Ledoujet-Thomas, maître de conférences en droit privé à l’Université de Lille et responsable pédagogique du DU “Approche pluridisciplinaire des violences conjugales“.

Dans cette histoire vraie, vous retrouverez toutes les étapes de la violence conjugale :

L’accrochage sentimental

Les premières violences

La sidération

Le déni

Les allers-retours

La colère et le dégoût

L’impuissance et l’isolement

La perte des émotions et les mécanismes traumatiques

L’importance de l’entourage

La force de la résilience

Epilogue : l’amour vrai…

Dans le cahier pédagogique, des renvois de pages vers le récit illustrent concrètement la théorie :

Différences entre disputes de couple et violences conjugales

De quel type de violences parle-t-on ?

Le cycle de la violence conjugale

Posture à adopter face à une victime de violences conjugales

Mécanismes fondateurs de la violence conjugale

Dissociation et mémoire traumatiques

Stratégies de l’auteur

Stratégies de la victime

Construire un accompagnement

Quelques bases de l’accompagnement des victimes de violences conjugales

Travailler en réseau

Structurations de l’expertise « violences conjugales »

Détection d’une situation à partir des enfants

Importance du soutien de l’entourage

Contacts utiles en France et en Belgique

Bibliographie

Parmi celles et ceux qui ont contribué à « J’aimais le diable » :

« Lorsque j’ai rencontré Julie Bodelot-Bissiau, je ne connaissais pas son histoire. Après une participation à un projet de recherche sur les violences conjugales, le besoin de formation des professionnel∙le∙s de terrain était apparu de façon criante. (…) Une collègue, enseignante-chercheuse et avocate militante, m’avait présenté Julie Bodelot-Bissiau comme une des personnes ressources qu’il fallait rencontrer. (…) Lors d’une discussion sur nos projets respectifs, Julie me parle de la réédition prochaine de son livre afin d’en faire un document d’une autre nature, davantage axé sur la dimension pédagogique de son expérience… »

Frédérique Le Doujet Thomas signe la préface de "J'aimais le diable" - Elle est maître de conférences en droit privé à l’Université de Lille - Responsable pédagogique du DU “Approche pluridisciplinaire des violences conjugales“ - Membre du CRDP EA n°4487 – L’ERADP Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales.

« Bravo pour tous ces projets si importants, je ne peux que m’y associer et vous soutenir et c’est avec grand plaisir que je vous donne mon autorisation pour être citée dans l’ouvrage de Julie Bodelot. »

Muriel Salmona est psychiatre et présidente de l'association Mémoire traumatique et victimologie, organisme d'information et de formation pour les intervenants prenant en charge les victimes de violences, dont les violences conjugales.

« Nous avons eu la chance d’avoir sur notre territoire Julie Bodelot, qui avait en charge de monter ce réseau avec une multitude de partenaires, que ce soit la gendarmerie, la psychiatrie, les assistantes sociales de secteur, la prévention, l’aide sociale à l’enfance, le Service Social Départemental (SSD). Elle a vraiment réussi à regrouper énormément de partenaires et nous nous sommes rendus compte que nous étions tous touchés dans nos missions et que nous ne pouvions pas travailler seuls : c’est impossible. »

Extrait du cahier pédagogique de « J’aimais le diable »

Travailleurs sociaux du réseau Flandre Intérieure (59)

« Il n’est pas évident de trouver les clefs pour déceler une personne qui est victime ni de savoir intervenir sans faire plus de dégâts, parce que la situation est toujours extrêmement compliquée. »

Rémi Fenet, éducateur spécialisé dans un service de l’Aide Sociale à l’Enfance - Hauts de France

Achetez "J'aimais le diable" sur le site formbox

Cliquez ici pour passer votre commande